Mon grand-père Robert Millet, alors jeune lieutenant  d'un régiment de tirailleurs algériens, dégustant une bruyère. Au dos : "Camp du Val d'Ahon, juin 1933".
 

 

Celui-ci fumait généralement des pipes en bruy╦re de la marque Ropp.
introduction
deux pipes de Saint-Cyriens
        aux armes de leur promotion
pipe d'un militaire français
        emprisonné en 1940
        en Allemagne
pipe d'un appelé du
       contingent durant la
       Guerre d'Algérie
pipe et briquet de Poilu
pipe d'un appelé d'un
       Régiment d'Infanterie
       de Marine
pipe d'un " taulard "
Vous êtes ici : introduction
 

L'armée et le tabac ont toujours fait bon ménage.

On admet généralement que la diffusion rapide du tabac en Europe serait en partie due au déplacement des armées. Le tabac occupe et réconforte des soldats sans cesse soumis à l'attente du combat et au stress. Un militaire manque parfois de nourriture, jamais de tabac ! (De Jean BARREYRE, Le tabac du soldat, Flammes et Fumées, n° 60, Paris; un classique pour ceux qui voudraient en savoir plus sur les rapports entre le tabac et l'Armée)

On rencontre parfois des pipes dont la décoration rappelle la condition militaire de leurs propriétaires. Souvent gravés à la main ces objets sont donc uniques. D'autres restent rares, bien que la gravure ait été réalisée à la machine (cas par exemple des pipes de Saint-Cyriens fabriqués en quelques exemplaire).

Pipes en bruyères françaises du XXe siècle,
décorées par leurs propriétaires.

 

 
Retour haut de page.