Mon grand-père Robert Millet, alors jeune lieutenant  d'un régiment de tirailleurs algériens, dégustant une bruyère. Au dos : "Camp du Val d'Ahon, juin 1933".
 

 

Celui-ci fumait généralement des pipes en bruy╦re de la marque Ropp.
introduction
deux pipes de Saint-Cyriens
        aux armes de leur promotion
pipe d'un militaire français
        emprisonné en 1940
        en Allemagne
pipe d'un appelé du
       contingent durant la
       Guerre d'Algérie
pipe et briquet de Poilu
pipe d'un appelé d'un
       Régiment d'Infanterie
       de Marine
pipe d'un " taulard "
Vous êtes ici : pipe et briquet de Poilu
 

Des Poilus et leur
bouffarde (détail)

Pour obtenir l'intégralité
de cette photographie de
groupe, cliquez sur l'image.
France, Guerre de 14-18.

Pipe et briquet de poilu

 

Cette pipe en bruyère à tuyau en corne blonde est la pipe d'un Poilu qui participa à la "bataille des frontières". L'avant du foyer, par ailleurs décorée d'une croix irradiante, porte l'inscription " Frontières 1914 ".

 

Le 3 août 1914, l'Empire allemand déclarait la guerre à la France qu'il envahissait par le nord et l'est. Les Allemands enfoncent les frontières françaises et font reculer ses troupes. Du 4 au 24 août 1914, La "bataille des frontières" est l'un des épisodes des premières semaines de ce conflit où, tout comme " La bataille de la Marne " la guerre est une guerre de mouvement.

Après quelques semaines la guerre de mouvement cesse et le front se stabilise. Les combattants s'enterrent alors dans les tranchées jusqu'à la fin du conflit.

A l'avant du foyer,
croix irradiante surmontée de
l'inscription "Frontières 1914"

 

Le briquet date également des premiers temps de la guerre où il était fréquent d'évoquer d'ultimes recours pour sauver la patrie ("cœur de jésus, sauvez la France"). Il est décoré, sur l'avers, d'un portrait de Jeanne d'Arc auréolée et des armoiries fleurdelisées de la sainte au revers.

D'une simplicité extrême (un réceptacle à essence, une pierre et une molette frottant celle-ci), ces briquets étaient fabriqués dans le laiton dont on faisait les étuis des obus de 75.

Revers du briquet : armoiries
fleurdelisées de la sainte
(à l'avers, Jeanne d'Arc auréolée)

 

 
Retour haut de page.